Le député Hervé Cornillie a interrogé le ministre wallon de la Mobilité, Philippe Henry, sur l’évolution du dossier du pont dit de la Bush à Bernissart.

Contexte

La commune de Bernissart est traversée par le canal Nimy-Blaton-Péronnes. Elle compte ainsi plusieurs ponts.

La commune est concernée à plusieurs endroits par des travaux de réfection ou de reconstruction de ponts. Leur état demande une réaction rapide des autorités.

Parmi les dossiers, il y a le pont de la Bush dont la fermeture programmée avait suscité la colère des riverains et des municipalistes. Tous estimaient la reconstruction du pont comme nécessaire. Le député Hervé Cornillie a interrogé le ministre wallon de la Mobilité sur cette reconstruction.

Pont de la Bush : pas de reconstruction de prévu

Le ministre de la mobilité, Philippe Henry, ne prévoit pas de reconstruire le pont : « Le pont « du risque-à-Tout », plus connu localement sous le nom de pont « de la Bush » a effectivement été démoli pour cause de vétusté. L’évolution de la circulation telle qu’elle est observée depuis la mise hors service et la démolition du pont ne fait pas apparaître de nécessité évidente de reconstruction d’un nouveau pont. »

« Dès lors, et compte tenu des autres priorités budgétaires qui sont présentes en matière d’entretien des ouvrages d’art du réseau wallon, la reconstruction de ce pont n’est pas programmée dans les prochaines années. », explique le ministre.

Selon le ministre, « historiquement trois ouvrages permettaient le franchissement du canal dans un intervalle de 3.5 km. À ce jour, les deux ponts restants permettent ainsi aux habitants de Harchies de franchir le canal pour rejoindre Blaton. » En d’autres termes, il estime que la reconstruction du pont de la Bush n’est pas nécessaire.

« Pas certain que les habitants de Bernissart soient d’accord avec cet avis, eu égard à ce qui leur a été préalablement présenté », estime pour sa part Hervé Cornillie.

You must be logged in to post a comment.