Le député Hervé Cornillie a interrogé la ministre de l’éducation, Caroline Désir, sur le lancement officiel du projet pilote d’école multilingue d’Anvaing. L’athénée royal Lucienne Tellier d’Anvaing sera l’école pilote pour lancer la double immersion dans l’enseignement secondaire en Belgique.

Des textes juridiques à revoir

Actuellement, un élève ne peut suivre les cours en immersion que dans une seule langue. « En d’autres termes, une école pourrait organiser une filière en immersion en anglais, une autre en néerlandais et une troisième en allemand, mais les élèves, en vertu de la législation actuelle, ne sont autorisés qu’à suivre l’immersion dans une seule des trois langues. C’est là que se situe l’obstacle ! », explique la ministre de l’éducation, Caroline Désir.

Afin de rendre ce projet possible, il est nécessaire de rectifier certains textes juridiques. Le député Hervé Cornillie a interrogé la ministre de l’éducation sur cette analyse juridique : « Les solutions nécessaires à la levée des obstacles identifiés sont-elles dès à présent sur la table et de nature à amplifier progressivement cette offre d’enseignement immersif dans d’autres établissements ? Quelles sont les avancées à encore réaliser pour que l’option multilingue puisse débuter pour la rentrée de septembre 2021 à Anvaing ? ».

La ministre travaille sur un avant-projet de décret afin de lever ces obstacles afin de permettre la mise en place d’un dispositif expérimental de double immersion. Ce texte sera prochainement présenté au gouvernement.

L’athénée d’Anvaing, école pilote

L’athénée royal Lucienne Tellier d’Anvaing devrait être l’école pilote pour lancer la double immersion dans l’enseignement secondaire en Belgique. « Je me suis rendue à Anvaing, les équipes éducatives étaient prêtes à se lancer et ma volonté est de lever ces obstacles avant la prochaine rentrée des classes pour leur permettre de démarrer sans plus attendre », conclut la ministre, Caroline Désir.

Dès septembre 2021, il serait donc possible de suivre des cours dans les deux langues à l’athénée d’Anvaing, en l’occurrence en anglais et en néerlandais. Et Hervé Cornillie de souligner : « Les pionniers de l’immersion en Wallonie picarde sont donc à la base d’une évolution décrétale qui est en passe de bouleverser durablement l’apprentissage des langues en Fédération Wallonie-Bruxelles et de populariser l’immersion en en facilitant la pratique ».

You must be logged in to post a comment.