Ce lundi 14 septembre 2020, les députés Hervé Cornillie, Christophe Clersy et Thierry Witsel ont présenté leur « rapport introductif sur l’utilisation des infrastructures sportives scolaires » en Commission.

Contexte

Ce rapport répond à un objectif de la Déclaration de politique régionale qui est de « promouvoir l’utilisation des infrastructures sportives scolaires », ainsi il vise à faciliter et maximiser l’utilisation des infrastructures sportives scolaires.

Afin de nourrir ce rapport, un questionnaire a été envoyé, 72 écoles y ont répondu. Pour l’élaboration de ce rapport, le député Hervé Cornillie a également visité plusieurs écoles de Wallonie picarde : le CESP à Leuze, l’Athénée royal Jules Bara à Tournai, l’ICET à Mouscron, l’Athénée royal Lucienne Tellier à Anvaing et le Collège Saint-Julien à Ath.

Les écoles rencontrent plusieurs freins à l’ouverture de leurs infrastructures sportives au public. Notamment, elles n’ont pas toutes une entrée indépendante. Donner accès aux infrastructures sportives signifie donc bien souvent un accès à l’ensemble des bâtiments scolaires du site. Les coûts énergétiques sont importants pour un établissement scolaire. Les infrastructures sportives sont bien souvent trop « énergivores », l’utilisation par un public plus large entraine des couts supplémentaires. La vétusté des infrastructures sportives scolaires est un autre frein que rencontre de nombreux établissement lors de l’ouverture au public. Les infrastructures ne sont pas toujours aux normes pour les compétitions, par exemple. Au niveau de certaines directions, il a été également observé un certain ressentiment auprès des écoles dont les infrastructures étaient ouvertes auparavant (voire le sont encore) envers les clubs sportifs. Ceux-ci oublient que la salle ne leur appartient pas et des dégradations, voire du vandalisme sont parfois constatés.

Recommandations

Les députés Cornillie, Clersy et Witsel ont présenté différentes recommandations en vue d’accroître l’ouverture et l’utilisation des infrastructures sportives scolaires en dehors des heures de cours.

Diffuser les bonnes pratiques

  • Concevoir un vade-mecum reprenant l’ensemble des bonnes pratiques à destination de tous les pouvoirs organisateurs afin que celles-ci puissent être dupliquées ;
  • En collaboration avec la Fédération Wallonie-Bruxelles, rédiger des cahiers de charges type pour les aspects infrastructures.

Des ressources humaines et une simplification administrative

  • Financer l’installation de systèmes de sécurité et d’accès électronique lorsque la configuration des lieux le permet ;
  • Procurer une assistance administrative aux pouvoirs organisateurs désireux d’instruire des dossiers de mise à niveau de leurs infrastructures ;
  • Faciliter les procédures administratives internes ou avec la tutelle pour simplifier les démarches d’ouverture vers l’extérieur.

Un cadre normatif

  • Sortir de la logique d’utilisation exclusive des bâtiments scolaires par l’enseignement dans les formules de financement ;
  • Lever l’interdiction, en milieu scolaire, de subsidier des cafétérias ou des espaces de loisirs, pour que les maîtres d’ouvrage les intègrent dans leur projet dès la conception ;
  • Encourager et soutenir financièrement les partenariats entre les communes et les établissements scolaires au niveau de la gestion des infrastructures scolaires ;
  • Intégrer une politique de coopération entre acteurs, afin de permettre la mise à disposition optimale de leurs propres infrastructures sportives, ainsi que les synergies entre réseaux d’enseignement en vue d’éviter les doublons coûteux ;
  • Encourager l’édification d’infrastructures sportives passives en matière énergétique.

Une adaptation des infrastructures

  • Pour tout nouveau projet, le concevoir avec des accès indépendants menant aux salles de sport ;
  • Pour tout projet de rénovation, exiger un accès indépendant et l’utilisation autonome des espaces ;
  • Soutenir financièrement l’adaptation des infrastructures sportives scolaires à cette fin ;
  • Mettre à niveau les salles de sports scolaires en programmant leur modernisation, avec la volonté affirmée d’en améliorer l’usage extra-scolaire.

Une stratégie à long terme avec la FWB

  • Établir un cadastre global des infrastructures sportives intégrant l’ensemble des infrastructures présentes sur le territoire de la Région wallonne en ce compris les infrastructures présentes dans les divers réseaux d’enseignement ;
  • Réaliser un plan de développement à court, moyen et long termes ;
  • Mettre sur pied un accord ambitieux de collaboration entre la Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles afin de développer une stratégie transversale commune lors de la réalisation de nouvelles infrastructures sportives.

Rapport introductif sur l’utilisation des infrastructures sportives scolaires: http://nautilus.parlement-wallon.be/Archives/2020_2021/RAPPORT/245_1.pdf

You must be logged in to post a comment.