La situation des abattoirs de proximité wallons devient de plus en plus délicate

La particularité de ce type d’abattoir est d’accepter les petits lots de porcs, de bovins et de moutons pour les bouchers, les boucheries à la ferme, etc. S’ils disparaissent, beaucoup de ces petites structures vont disparaître également et, avec elles, tout un pan de l’économie locale, notamment les circuits courts auxquels les Wallons et Wallonnes sont pourtant très attachés.

La volonté de la Région est pourtant d’intensifier les circuits-courts et le recours à l’agriculture locale pour la courante législature. En commission ce mardi, j’ai donc interrogé le ministre wallon de l’Agriculture et de l’Economie, que je sais très attaché au sujet également, lui demandant ce qu’il comptait mettre en œuvre pour soutenir les abattoirs de proximité wallons.

Voici les différents éléments de réponse fournis par Willy Borsus :

  • La Wallonie compte 26 abattoirs actifs pour toutes les espèces de l’élevage, 15 en bovins et ovins, 9 en caprins, 9 en porcins, 6 en volailles, et 2 en lagomorphes. Seuls quatre abattoirs sont sous statut public -dont celui d’Ath- et dès lors accessibles à tous les producteurs ;
  • Les 2 arrêtés wallons encadrant les aides aux abattoirs publics vont faire l’objet d’une réactualisation de manière à mieux servir de support au soutien des abattoirs publics ;
  • Le Plan de relance pour la Wallonie comprend une fiche-projet n° 220 spécialement destinée à moderniser et à soutenir la modernisation des abattoirs ;
  • Les subventions à l’investissement des halls relais agricoles permettent le développement d’infrastructures d’abattage ;
  • Un accompagnement tant économique, sanitaire et réglementaire est apporté aux abattoirs de proximité par les services professionnels de DiversiFerm subventionnés par la Région ;
  • Une étude de faisabilité en cours dont les résultats sont attendus en ce qui concerne le début de l’année prochaine pour l’abattage à la ferme.

Dès le début de l’année prochaine, à l’initiative du ministre Borsus, la Wallonie proposera la mise en synergie, le rassemblement, l’actualisation, à la fois des arrêtés de subventionnement concernant le public, des aides à l’investissement concernant le privé et le soutien au maillage de proximité.

Des perspectives, il y en a ! J’ai insisté auprès du ministre pour que les différents moyens préexistants et à venir soient communiqués aux abattoirs de proximité afin qu’ils puissent adapter leurs plans d’affaires et leurs investissements futurs.

You must be logged in to post a comment.