Suite à la pollution fluviale de l’Escaut, le député Hervé Cornillie réclame une enquête indépendante entre la Wallonie, la Flandre et la France.

Contexte

Le 9 avril 2020, la rupture d’une digue d’un bassin de décantation de la sucrerie française Tereos a causé un véritable cataclysme pour la biodiversité du tronçon concerné avec un simple constat : tous les poissons de l’Escaut qui n’ont pu être sauvés sont morts ou sont en passe de l’être.

Une enquête indépendante

Afin de faire la lumière sur le sujet et déterminer s’il y a eu négligences de la part de l’entreprise Tereo, voire de la France, le député Hervé Cornillie réclame une enquête indépendante entre la Wallonie, la Flandre et la France.

« Cette enquête permettrait de répondre à une série de questions. D’une part, elle permettrait de déterminer l’impact de la pollution sur ce bassin dont il faut rappeler le caractère transfrontalier. Et déterminer notamment les conséquences de cette catastrophe sur l’environnement, dont la part de la faune aquatique touchée. Mais les poissons morts sont-ils les seuls indicateurs de cette pollution. Quels autres dégâts faut-il hélas recenser ? Quelles en sont les autres conséquences ? D’autre part, en amont, elle mettrait en lumière la cascade de responsabilité ou de négligence expliquant pourquoi la Belgique n’a pas été avertie par la France d’une telle pollution. Il existe de nombreuses collaborations entre nos deux pays respectifs. Pourquoi cela n’a pas fonctionné dans ce cas de figure ? C’est impératif de faire toute la clarté ! »

You must be logged in to post a comment.