Le député Hervé Cornillie a interrogé le ministre de la Mobilité, Philippe Henry, sur l’avancement des travaux du Pont des Trous.

Contexte

La rénovation du Pont des Trous, élément de patrimoine emblématique de la Ville de Tournai, est sujet depuis plus d’un an à des travaux de rénovation. Les arches ont été détruites puis reconstruites afin de permettre l’élargissement de ces dernières et le passage de plus grandes péniches, dans le cadre du projet Seine-Escaut.

Le député Hervé Cornillie a interrogé le ministre de la Mobilité sur l’avancement des travaux : « Comment avancent les travaux de rénovation du Pont des Trous ? Le planning initial est-il respecté malgré la crise sanitaire ? »

Mars : un mois chargé pour le Pont

« La déconstruction de la partie centrale de l’édifice a été réalisée en juillet 2019 et depuis, les travaux de génie civil se sont succédé pour prendre réellement forme. L’Agence wallonne du Patrimoine a encadré un important chantier de restauration et de préservation de la tour de Bourdiel, en rive gauche. Cette phase s’achèvera courant avril, et les ouvriers et spécialistes de l’AWAP se pencheront ensuite sur la tour de la Thieulerie, sur la rive opposée. », répond le ministre.

La reconstruction de la partie centrale vient de débuter. « Les murs des arches latérales, bordant les tours, sont en effet en cours de reconstruction et les départs des piles centrales ont été posés sur les pieux fichés dans l’Escaut il y a une quinzaine de jours. », explique le ministre.  La reconstruction de la partie centrale débutera dans le courant des prochaines semaines : un échafaudage viendra former le cadre de coffrage de l’arche centrale. « Ces dernières semaines, les préparatifs de ces étapes de reconstruction ont monopolisé le travail de nombreuses entreprises spécialisées : il a fallu que des plongeurs travaillent de nuit pour dégager le fond de l’Escaut de dalles de béton qui y empêchaient le forage de pieux d’une vingtaine de mètres de longueur. Il a fallu ensuite placer 32 pieux en un temps record dans le lit calcaire du fleuve, et, la semaine dernière, positionner sur ces pieux deux fois 150 mètres de lisses de guidage. »

La navigation sera maintenue durant les travaux : « Ces dispositifs guideront les bateaux vers le centre de la passe navigable et protégeront l’édifice des heurts éventuels. Durant le chantier, les lisses protégeront également le coffrage qui sera réalisé au centre de la voie d’eau et surplombera le chenal. C’est la raison principale de ce phasage. »

Concernant le planning et les budgets, « la crise sanitaire a, de fait, marqué un premier coup d’arrêt aux travaux puisque le confinement du printemps dernier en a retardé l’avancement de quelques semaines. Depuis la reprise des travaux, les effets des mesures sanitaires et des retards et difficultés d’approvisionnement pour certains matériaux et équipements se font également sentir, mais dans une mesure qui ne remet toutefois pas en cause le planning général, à savoir une finalisation complète des aménagements pour la fin 2022. », précise le ministre.

Embellissement des abords du Pont

Le député Cornillie a également interrogé le ministre sur le Plan de relance : « Au sein des différents projets du Plan de relance soumis à l’Europe, figure la finalisation, pour la partie wallonne, du projet Seine-Escaut. Le Pont des Trous y fera office d’emblème et marquera, comme à l’époque, l’entrée dans la Cité aux cinq clochers. Des fonds européens de ce nouveau plan de relance lui seront-ils octroyés pour en faire une porte d’entrée vers la Wallonie digne de ce nom ? »

« Une part non négligeable des crédits wallons et européens pour ce chantier est consacrée à l’embellissement des espaces publics à proximité des infrastructures du SPW et, notamment, du Pont des Trous. C’est là tout l’objectif de cette partie des travaux, et le financement pour celle-ci est déjà acquis de longue date, et ce, indépendamment du Plan de relance. », précise le ministre.

You must be logged in to post a comment.