Ce mardi, le député Hervé Cornillie a interrogé la Ministre des Sports, Valérie Glatigny, sur les avancées dans le développement de masques pour sportifs.

Contexte

L’absence de pratique sportive a des conséquences sur la population et les structures sportives. Des solutions sont recherchées afin d’œuvrer à une reprise la plus rapide possible. Différentes enseignes sportives ont développé des masques à usage spécifique pour le sport. Ces masques seraient composés de plusieurs couches de tissu permettant à la fois la filtration et la perméabilisation du virus, mais aussi confort et maintien sur le visage lors de l’exercice physique.

Le député Hervé Cornillie a interrogé la Ministre des Sports : « Les espoirs envers ses masques sont énormes, à tel point qu’en France, la ministre des Sports a assuré que cela pourrait permettre une éventuelle réouverture des activités sportives en intérieur. Quel est votre avis sur le développement de masques pour sportifs ? Pensez-vous également que cette solution permettrait la reprise du sport en intérieur et du sport collectif en extérieur pour tous ? »

Le masque pendant le sport, « une fausse bonne idée »

« Nos experts ont testé la réponse physiologique à l’exercice avec port d’un masque chirurgicale. A faible intensité d’exercice, cela ne change pas grand-chose. A haute intensité d’exercice, la saturation de l’hémoglobine en oxygène diminue légèrement, ce qui n’est pas un problème si on ne cherche pas la performance et qu’on est en bonne santé », explique la ministre. Lorsque les masques sont saturés en eau, ils tendent à perdre de leur efficacité.

Le professeur Francaux, professeur en physiologie de l’exercice à l’UCL, a eu plusieurs contacts avec des fabricants « qui voient évidemment une bonne opportunité commerciale mais aucun n’a pu confirmer la capacité d’absorption en eau de ces masques et son impact sur leur efficacité. »

« En conclusion, nos experts soulignent que le port du masque pendant l’activité sportive semble une fausse bonne idée car cela pourrait donner le sentiment au sportif qu’il est protégé alors qu’il ne l’est pas. Une exception doit sans doute être faite pour les sports de faible intensité comme la marche ou les balades à vélo. Il faudrait alors bien insister sur le fait que le masque doit être changé après l’activité sportive. Par contre, nos experts ne le recommanderaient pas pour une activité sportive vigoureuse. », répond la ministre.

La meilleure piste pour la reprise du sport est donc une baisse des contaminations grâce au respect des règles sanitaires et l’accélération de la vaccination, semble-t-il.

You must be logged in to post a comment.