Le député Hervé CORNILLIE a interrogé la Ministre wallonne de l’Environnement, Madame Céline TELLIER, concernant les transferts d’eau entre les régions.

L’année 2018

En 2018, le volume d’eau prélevé pour la Wallonie à des fins de distribution publique s’élève à 384,9 millions de m³ auxquels il faut ajouter 2,2 millions de m³ d’importation, soit au total 387,1 millions de m³.

Parmi les volumes prélevés, 242,2 (62,9 %) le sont par des opérateurs wallons, 132,4 millions par Vivaqua (34,4 %) et 10,3 millions par Farys (2,7 %).

Ces volumes sont utilisés de la manière suivante : 10,8 millions servent au nettoyage des installations de production ;229,9 millions servent à la distribution publique d’eau en Wallonie (consommation et volume non enregistré) ;66,8 millions sont exportés vers Bruxelles ;79,6 millions sont exportés vers la Flandre.  

Tendance à la baisse

La tendance est à la baisse des prélèvements d’eau du fait de la baisse des consommations d’eau. Les volumes exportés vers Bruxelles et la Flandre restent comparables à ceux de 2016. Il y a de nombreux transferts d’eau entre opérateurs et ces flux sont multidirectionnels.

À titre d’exemple, voici les chiffres pour la SWDE en 2018 : Volume prélevé : 171,1 millions m³Achat d’eau à des producteurs wallons : 17,8 millions m³Achats d’eau à des producteurs flamands ou bruxellois : 13,5 millions m³Achats d’eau à des producteurs étrangers : 1,8 million m³Vente d’eau à des distributeurs wallons : 17,2 millions m³Vente d’eau à des distributeurs flamands ou bruxellois : 26,1 millions m³Vente d’eau à ses clients : 102 millions m³.

Selon le député Hervé Cornillie, « ces données sont aussi intéressantes à surveiller dans un contexte de sécheresse. En effet, on peut craindre qu’une sécheresse entraine une tension sur les captages. »

You must be logged in to post a comment.